A’kina, demoiselle vampire

Née de la main du maître poète, la première du Poème Forgé : A’kina est une guerrière de talent combattant avec des dagues noires…

A’kina, demoiselle vampire

Elle est née d’un écrit au tissage onirique,
Les yeux rougeoyants dans des reflets de feu.
Vêtue d’une veste d’un tissu ténébreux
Et de chauds habits noirs à l’empreinte lyrique
Inspiré des strophes qui dépeignent son âme,
Elle vient se dresser face aux êtres infâmes.

Dagues d’ébène en main et prête à poignarder
Drainant ainsi la vie de nombreux adversaires,
Elle se fait féline et puissante guerrière
Par ses déplacements emplis d’agilité
Pour venir débusquer tous ces bandits hagards
Qui voudrait faire main mise sur le Temple des Arts.

Et dès lors où son corps se fond dans la vapeur
Volcanique et soufrée, à la teinte carmin,
Qui naît de ses yeux quand son pouvoir s’en vient
À être libéré pour combattre la peur,
La voici katana pouvant boire la vie
De milliers d’armées poussées par la folie.

J’hall Vorondil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires:

  1. suzanne verdier

    <3