Akane, muse du sang

Certaines muses représentent un art, d’autres un domaine de compétence. Et les dernières s’appuient sur une passion, parfois déroutante…

Akane, muse du sang

Sous ses beaux cheveux courts aux reflets écarlates,
Ses doux yeux scintillent d’une couleur violette
Et dans sa robe en soie rouge si délicate,
Cette muse inspire la passion du poète.

Divine demoiselle au visage rieur
Qui offre son amour éternel au gardien,
Elle œuvre dans ce temple au côté de ses sœurs
Décorant ce palais comme l’envie lui vient.

En princesse des arts, en déesse du sang,
Elle emploie son temps libre à tailler dans la chair,
À user de magie pour créer en chantant,
À tracer d’un doux rouge grenat quelques vers.

Cet art fou qui effraie tous les esprits fermés
A vu naître pourtant tant d’œuvres magnifiques
Qu’elle lui assure une gloire méritée
Dans ce monde éternel où règne l’onirique.

J’hall Vorondil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires:

  1. Suzanne

    Merci pour ce beau poème d’akane!! Tu as raison,c’est bien de lui laisser son mystérieux passé secret… Gros bisous m’sieur j’hall!!!

    • Jhall

      Oh bah, je t’en prie. Merci surtout à toi d’être toujours au rendez-vous pour mes écrits. :3 Gros bisous ma p’tite Suzanne. ^^